Tarpance




 

 Joan Miro


 Je connais un jardinieux qui n'a plus d'arrosoir et qui 

un soir a voulu s'arroser de vitriol.

Par hasard, je passais et l'ai aidé à verser l'acide.

Je lui ai présenté ma face réfléchissante. 


Il s'y est vu et ça lui a plu.
 

Il a adoré ses petites joues boursouflées et ses yeux


rouges comme des fourmis mais sans piquant. 


De plaisir, il a brandi son rateau 


dans l'air vert comme une pomme d'amourosité


En chantant, il a dit :


- Merci mais vous n'auriez pas un crachoir?



En dansant, j'ai répondu:


- Bien sûr, tenez, c'est celui de ma belle-mère!


Il me l'a tenu pendant deux longues heures.


Quand il fut trop plein d’un verbe purulent et 


verdâtre, il l'a vidé dans un puits qui criait famine


dans le jardin d'Edaine, sa voisine préférée.

 
Après, il s'est envolé sur sa tondeuse à gazon.

 
- j'ai rencart avec mon pote Gilles Gamèche! il a crié.

 
Moi je suis partie à Vegas.

 
Fallait que je me refasse



CD, Août 2014


Commentaires