Articles

ADN

Image
Epigenetics, Matthew Forsythe

La molécule reine a bâti sa spirale pour sceller dans l’espèce l’estampillé dédale d’un génome dont l’empreinte à l’ancre d’un index S’est fixé à jamais sur les pages d’un codex.
J’aurais pu naître fleur, m’empétaler la vie déployer mon calice à des champs éblouis Me laisser effeuiller par une fille en fleur espérant sur ses lèvres d’un amour la liqueur.
J’aurais pu naître chêne pour que dans ma ramure
Chante tout l’univers quand le vent y murmure Ou caresser le ciel de mon feuillage malin Qu’un couple de mésanges aurait rendu taquin
J’aurais pu naître lionne sur la terre d’une Afrique
Et chasser l’antilope en une course lyrique Où rugirait Berlioz comme un Faust damné Qu’une morsure de diable aurait déchiqueté
J’aurais pu naître vers et labourer la terre
Comme une vieille charrue que pousseraient mes frères mes anneaux serpentins traceraient un sillon Où le bec de la pie y trouverait mouron
Comme la fleur, le chêne, la lionne ou bien le vers
J’ai dans ma chair des nu…

Jumièges

Image
On est Dimanche, il est dix heures. Jeanne Décosse est arrivée hier de Paris par le train de dix-huit heures trente-quatre. Sa sœur Charlotte est venue avec son fils Paul la chercher à la gare de Rouen. Elle a dormi chez elle à Sainte-Marguerite sur Duclair. Elle s'est levée tôt ce matin. Sa sœur lui a prêté sa voiture. En arrivant à Jumièges, elle s'est garée sur la petite place de la mairie. Elle a claqué la portière, machinalement. Au même instant, une brise imprévue est venue surprendre ses narines. Ce souffle furtif avait la saveur âpre de l’encre. Il a surgi hors d'elle comme ça et comme si pourtant il avait toujours été en elle. Vestige ignoré de ses autres instants, ceux d'avant, peut-être. Pas bien compris d’où venait cette odeur, ça l’a un peu troublée, mais vite, elle a oublié. D’un café, oui, Jeanne avait envie. La petite place était calme comme une pomme verte dans l’herbe rouge, coquette et fleurie comme un cottage anglais. Inutile de mentionner les façades…

Brouillard au pays des loups

Image
Aussi épais qu'une ignorance battue en neige. Pire! un énorme grumeau coagulé par une effrayante farine de néant ! C'est à ça que ma petite tête d'enfant a confusément pensé quand ce gros nuage s'est planté sur notre route. 
Ce brouillard là, c'était une écrasante nappe blanche, opaque, plus opprimante qu'une nuit noire et nous, on était dedans, perdus, aveugles. De la ouate sans contours ni limite, si dense qu'à tenter d'y pénétrer, elle faisait craindre la chute.
Chut !...  il s'est dit ça mon petit coeur, partagé entre cette frayeur et cette sibylline attraction. L'oracle guettait… Obscurément, je la savais résistante cette vieille Citroën Traction Avant dans laquelle nous avions embarqué mon père, ma mère et mes six frères et sœurs.
Dans le terrier de mon lapin blanc, je l'avais baptisée « la mouche aux gros yeux noirs ». Je l'aimais bien cette bagnole. Elle était mon arbre à cames, forte comme un coinceur, de celui qui s'accroche…

Ancolie

Image
Niels Larsen Stevns

Tess venait de naître à l'ombre d'un sycomore. La brume lui faisait langes dans un halo laiteux. Lovée dans un couffin de feuilles, elle goûtait par lapées cette terre nouvelle. Déliée de celle où elle avait niché, elle n'était que fagot et sans épine encore, ne brûlait que de boire à l'outre de l'érable. Elle en tétait la figue juteuse comme une mamelle. Ce nouveau jus de vie avait un goût d'instant qui lui sucrait la panse et ça lui suffisait.
Ses petits yeux vibraient pareils au colibri comme deux oiseaux-Dieu aux mille battements d'ailes. Sans ailes cependant, elle gardait sur les joues l'ovale d'un chérubin. Sa conscience encore albe l'empêchait d'entendre des essaims de succubes qui voletaient non loin autour d'une Lilith qui attendait son heure. Et Tess bavait des sons en s'amusant du bruit qu'ils claquaient sur sa langue comme une sarabande de phonèmes étranges. Elle ignorait alors qu'en jetant son …

Ces cils

Image
Ces cils ont cligné.
Dans son iris une civelle d’or a dansé. Dansé sur elle.
Dans ses, ses vers luisants un nougat rose a fondu.
Une petite nuit s’est couchée sous les draps de son humeur aqueuse.
Un cyclope a marché dans sa tête avec ses bottes de sept pieux.
Reste un ocelle dans son sourire comme sur les ailes d’un papillon.

©CD,2017

NO ...

Image
NO avec Noémie Bianco et Bertrand Lacy en concert à l’Essaïon Théätre (6 rue Pierre au Lard, 75004 Paris) le 7 Juin 2017...

NO, en concert à Paris le 7 Juin prochain !

Image
NO, c’est quelqu'un qui adore les 1ères fois... et qui adore chanter ! Il y a quelques temps, elle rencontre Bertrand Lacy qui lui compose - avec quelques amis auteurs - un répertoire de chansons comme elle les aime ; en douceurs, en caractère et en mélodies. 
Le 7 juin à 19h45 à l’Essaïon Théätre (6 rue Pierre au Lard, 75004 Paris)

Chant : NO Guitare, voix et compositions : Bertrand Lacy Textes : Cécile Delalandre, Mathieu Dupont, Sébastien Kaminsky, Olivier Dodane, Arnaud Apprédéris, Maryline Bollier, Noémie Bianco, Bertrand Lacy, Luc Lavandier. Places limitées / Réservation conseillée : lacy@neuf.frSite
(Photo No : Dominique Desrue,Bernard Pilorge ) Entrée gratuite Un peu plus sur NO ...